La route frontalière est bordée à notre droite par les montagnes arides qui dominent Meghri et Agarak et à notre gauche par la ligne de fils de fer barbelés qui interdit l'accès aux rives de l'Araxe.
Le ciel menaçant ajoute à notre excitation d'occidentaux de nous trouver à ce point de la carte du monde.

Une ligne de barbelés très denses longe la route frontalière.DSC_0176
DSC_0177 DSC_0179 DSC_0180
L'Araxe prend sa source en Turquie, sépare cette dernière de l'Arménie à l'ouest, puis bifurque vers l'est, marquant la limite entre Arménie et Iran sur 35 km, puis entre Iran et Azerbaijan où il se jette dans la mer Caspienne (comme affluent de la Koura) après avoir parcouru 1072 km.
L'Araxe est une rivière tumultueuse aux eaux boueuses qui marqua une ligne chaude entre l'URSS et l'Iran pro Etats-Unis durant la Guerre Froide. D'où la présence de miradors et de barbelés.
Quelques Jeep de militaires passent, me faisant -mollement et poliment- signe de ranger mon appareil photo.

DSC_0183
DSC_0185
Notre petite interprète Melina, qui a été envoyée dans une école de Calcutta de l'âge de 9 ans à 15 ans dans le cadre d'une coopération entre l'Inde et l'Arménie. Sa mère est employée dans la maison d'hôtes d'Aigedzor et a élevé seule ses 3 enfants : un fils est militaire en Russie tandis que sa soeur étudie le droit en Russie également. 
DSC_0186
Après une nuit passée dans notre maison d'hôtes (menu du souper et
du petit-déjeuner établi en fonction de nos désirs, linge lavé et séché), nous décidons d'aller refaire un tour du côté de la frontière, histoire de voir le paysage sous un éclairage plus clément.
L'orage de la veille a lavé le ciel et l'Araxe roule des eaux plus boueuses que jamais.
La place du village d'Aragat et des vues prises entre Meghri et
le poste-frontière.
DSC_0190 DSC_0191 DSC_0192
DSC_0193 DSC_0194 DSC_0199
DSC_0195
DSC_0200 DSC_0202 DSC_0204
DSC_0201
Au fond, on distingue un village iranien où rien ne bouge ainsi qu'une sorte de petit palais très oriental flanqué de 2 minarets coiffés de 2 bulbes couleur turquoise. Le guide Evasion parle des << ruines de la villa d'été d'Abbas 1er, chah de Perse, dont l'impressionnante muraille a été conservée (XVIIè s.)>>.
DSC_0203
DSC_0205 DSC_0207 DSC_0209
Au pied de la montagne, les ruines de la villa d'été du chah Abbas 1er.
DSC_0206
DSC_0208
Le poste-frontière et ses entrepôts avec les camions en attente
DSC_0210
Les voitures immatriculées en Iran sont pour la plupart des Peugeot
assez récentes (206, 306, 307) tandis que les Arméniens se contentent des Lada.
DSC_0211 DSC_0212 DSC_0214
Dernières vues de Meghri avant de rebrousser chemin vers le nord.
DSC_0216
DSC_0218
DSC_0217 DSC_0219 DSC_0157
DSC_0229 DSC_0230 DSC_0232 
Nous retrouvons le ballet des forçats de la route.
DSC_0233 DSC_0237
DSC_0239
DSC_0240
DSC_0242
Kadjaran, ville industrielle et son art de la récup : les clôtures
sont rapiécées avec des morceaux de fer rouilé.
DSC_0243
DSC_0244
Façade à Kapan
DSC_0247
Nous voici de retour à Kapan, mais nous n'y ferons étape que pour goûter encore les frites de l'hötel Darist. Balade dans le parc d'attraction très soviétique de la ville.
DSC_0248 DSC_0250 DSC_0251
La super chenille derrière l'hôtel Darist
DSC_0253
DSC_0257 DSC_0258
Le marché de Kapan
DSC_0259 DSC_0260 DSC_0263
DSC_0264