Le voyage continue, nous ne devons pas nous attarder car nous n'avons pas encore d'endroit où passer la nuit. Nous allons pousser jusqu'à Kapan, prochaine ville dans laquelle le guide Hachette indique un hôtel.
La route grimpe à l'assaut de la montagne dans un paysage assez boisé et vert. Une longue montée avec de nombreux lacets nous oblige à rouler lentement, d'autant plus que nous sommes constamment ralentis par d'énormes camions, de vrais Mack américains immatriculés en Iran.
Nous sommes en effet sur l'unique axe qui relie l'Iran à l'Arménie. Il s'agit d'un axe commercial vital pour le pays, les frontières avec la Turquie et l'Azerbaidjan étant fermées.
Le trafic est aussi intense dans les 2 sens et il est difficile de doubler, même si les chauffeurs sont très coopérants. Certains camions sont tellement chargés qu'ils semblent faire du surplace.

DSC_0055 DSC_0056 DSC_0119
Arghhh ! C'est le camion de Duel !
DSC_0139 DSC_0140 DSC_0241
DSC_0236
DSC_0226 DSC_0227
DSC_0234 DSC_0235 DSC_0238
Et voici Kapan, ville ouvrière toute en longueur au fond de la vallée
creusée par le Voghdji ou Voxchi.
DSC_0136
Façade de l'hôtel Darist où nous allons passer la nuit.
DSC_0130
L'intérieur a des allures de cité-U avec son long couloir et ses portes
alignées. Pour ceux qui chercheraient des idées de déco....
DSC_0122 DSC_0125 DSC_0126
Choix des plats sur la carte traduite en anglais (jamais goûté de frites
aussi succulentes qu'au Darist !) et vue depuis la terrasse du restaurant.
DSC_0127 DSC_0128 DSC_0129
Aujourd'hui, c'est jour de lessive, je réserve ma corde.
DSC_0134
Mine de cuivre. En Arménie, on a construit les villes à la campagne.
DSC_0132 DSC_0133 DSC_0135
Nuit calme à l'hôtel Darist malgré la fête foraine installée dans
le parc derrière le bâtiment. Ce matin, nous embarquons pour Meghri,
dernière ville avant l'Iran.
Nous retrouvons les convois de camions iraniens et leurs fiers chauffeurs
à moustaches.
La route grimpe à nouveau dans un paysage à la fois montagneux et industriel.
Nous traversons la ville de Kadjaran dominée par des mines de cuivre et
de molybdène à ciel ouvert qui rongent le relief. (le molybdène sert dans
les alliages spéciaux, notamment pour durcir l'acier).
La route passe au ras des immeubles au pied desquels les enfants jouent
sans surveillance. Combien d'enfants renversés par les poids lourds ?
Peut-être aucun, tellement les camions roulent au pas.
DSC_0138 DSC_0141 DSC_0143
DSC_0144
DSC_0146
DSC_0147
Après le passage du col de Meghri (bien avant la ville du même nom),
le paysage change et devient plus bucolique, les mines cédant la place aux vergers.
DSC_0149
Paysage typique de cette région frontalière : montagnes rocheuses
dépourvues de végétation contrastant avec des vallées vertes et
fertiles (potagers, vergers).
DSC_0154
La maison d'hôtes d'Aigedzor sur son promontoire et dans la végétation.
DSC_0225

Il est temps de trouver un endroit où dormir et nous suivons les conseils du Guide Hachette Evasion.
A Aigedzor, nous franchissons le torrent Meghri sur notre droite et nous trouvons après quelques hésitations l'hôtel qui est plutôt une maison d'hôtes (pas d'enseigne), au bout d'une piste et d'un virage en épingle à cheveux.
La maison est grande et récente, toute blanche avec des balcons. Des tables d'hôtes sont installées sous des tonnelles fleuries ou dans des bungalows ouverts sur le jardin. La piscine indiquée par le guide est vide depuis longtemps, mais l'accueil est chaleureux et empressé.
Le propriétaire n'est en rien le fameux Andranik Grigorian signalé par Hachette, puisque Andranik et Grigorian sont les 2 noms de 2 personnes distinctes, employées jadis par la maison.
Le patron est souriant mais la gestion de sa maison n'est pas sa 1ère préoccupation : Il peut compter sur son épouse et sur une équipe de femmes qui s'affairent comme des abeilles dans une ruche.
Nous expliquons à une jeune fille qui parle anglais ce que nous aimerions manger.
En quelques minutes, le couvert est dressé. Le barbecue installé à côté de la maison fumait déjà à notre arrivée. Visiblement, des équipes d'ouvriers sont venues déjeuner avant nous et repartent avec le patron.

DSC_0150
Le canapé rustique en velours marron a encore de beaux jours
devant lui. J'ai dû bricoler le robinet du lavabo et la chasse des
toilettes pour éviter de voir fuir des litres et des litres d'eau,
mais au moment où vous me lisez, j'imagine que la cataracte
a repris ses droits.                                            Vue depuis la terrasse.
DSC_0151 DSC_0152 DSC_0153
Une fois installés, nous décidons de pousser jusqu'à Meghri à quelques kilomètres plus au sud, puis jusqu'à la frontière. La campagne est très riante, paisible et très verte tandis que les montagnes alentours sont extrêmement sèches. Un orage s'approche et le vent se lève mais nous avons le temps d'aller admirer la petite église Saint-Jean abandonnée (XVIIè s.).
DSC_0158 
DSC_0166 DSC_0161
Fresques dans l'église, maison cossue de Meghri et
grenade, symbole de l'Arménie.
DSC_0163 DSC_0165 DSC_0168
DSC_0155 DSC_0156 DSC_0164
DSC_0169

DSC_0170
Le vent trousse les figuiers et le tonnerre commence à claquer
dans la montagne.

DSC_0171
DSC_0172
DSC_0173
La montagne juste en face est en Iran, la rivière frontière Araxe
empêchant de continuer tout droit. Le poste frontière se trouve
près du village d'Agarak, en tournant à droite.

DSC_0174