Nous repartons vers le centre maintenant, vers le lac Sevan.
C'est un lac situé sur un haut plateau, à 2000 mètres d'altitude.
Pour y parvenir, nous remontons les gorges du Debed jusqu'à Vanadzor, puis passons par la ville de Dilidian.
DSC_0445_1 DSC_0518

En chemin, nous nous arrêtons pour faire des photos de la campagne, et d'un paysan qui fauche dans un superbe cadre. Corinne lui demande l'autorisation de le prendre en photo. C'est oui, puis il appelle sa femme en faisant de grands gestes, celle-ci accourt avec du yaourt maison à déguster (très bon d'ailleurs). Elle prend la pose à son tour. C'est au tour de la Lada rouge dont on enlève la bâche de protection pour la photo. Encore un portrait à l'intérieur de la "résidence d'été" de 6 m2, tapissée de cartons et de toile goudronnée. Ce fut une belle rencontre, à l'image de celles que nous aurons dans notre circuit avec les Arméniens.

DSC_0458_1

DSC_0459 DSC_0462 DSC_0464
Sourèn dans son pré, sa femme Emma
sans oublier leur belle Lada rouge.

DSC_0469 DSC_0468 DSC_0466

DSC_0470

Nous reprenons la route vers le lac Sevan, en empruntant des cols qui dépassent les 2300 mètres et qui évoquent pour nous des paysages suisses si l'on excepte les villages qui ressemblent plutôt à des villages roumains : toits en tôle, clôtures raffistolées, rues en terre pleines de nids de poules, bétail en liberté.

DSC_0479 DSC_0473 DSC_0475
DSC_0476 DSC_0477

DSC_0504

Nous déjeunons au bord de la plage, au pied de la "péninsule" de Sevan, sur laquelle se dresse le monastère de Sevan avec ses deux églises. L'endroit est plus touristique, donc plus fréquenté. Nous y sommes plus sollicités qu'ailleurs (promenades à cheval, souvenirs, parking payant, prix du restaurant à la tête du client), mais les tarifs restent nettement inférieurs aux tarifs européens.
C'est une prouesse que de photographier en évitant les nombreux détritus qui jonchent le sol, comme un peu partout dans le pays. Il est choquant pour nous de trouver à côté de presque tous les sites, des bouteilles et des sacs en plastic abandonnés. Ailleurs dans les villes, au bord des routes et des rivières, c'est une constante regrettable.

DSC_0481 DSC_0488 DSC_0485

DSC_0492
Pédalos et bateau à touristes de l'ère soviétique, rafistolage et entretien
"bouts de ficelle" et système D.
DSC_0486 DSC_0493 DSC_0494

DSC_0495

DSC_0502

DSC_0506 DSC_0503 DSC_0513

Nous avons croisé un mariage dans le monastère... quelques images
de la cérémonie et du cortège :

DSC_0497 DSC_0515 DSC_0480

DSC_0512

Nous quittons la péninsule de Sevan pour longer le lac sur sa rive orientale vers le sud, jusqu'à Tzapatagh à 60 kilomètres environ, où se trouve l'autre hôtel Tufenkian que nous avions réservé par mail (le guide papier indique que l'hôtel est sur la rive nord, mais nous aurons d'autres déconvenues avec le sens de l'orientation de l'auteur du guide).

En chemin nous croisons d'abord d'énormes complexes touristiques totalement abandonnés, en ruines ou même pas achevés. Nous en concluons qu'il s'agissait de complexes construits par les Russes.

DSC_0520 DSC_0796 DSC_0800

La route de l'Est longe presque tout le temps le lac. A sa gauche, une voie ferrée destinée au transport du minerai d'or (il y a des mines un peu plus au sud). A droite souvent des poteaux électriques. Mais le paysage est splendide et sauvage si l'on sait faire abstraction de ces deux points (qui d'ailleurs enrichissent le paysage en le personnalisant).
Le première photo n'est pas inversée: quand il n'y a personne sur le route (ce qui est le plus souvent le cas), les Arméniens roulent facilement à gauche...

DSC_0521

DSC_0528
Roche étonnamment verte et que nous allons retrouver dans la déco de l'hôtel.
DSC_0526 DSC_0529 DSC_0530
Plus nous nous éloignons de la rive ouest du Sévan et de son agitation pour contourner le lac vers l'est et plus les paysages évoquent la Sibérie ou la Mongolie : steppes, montagnes pelées, troupeaux de moutons et bergers à cheval.
Nous descendons vers le Sud, rive orientale du lac Sévan à droite, frontière d'Azerbaïdjan à gauche quelquepart derrière la chaîne de montagnes.
Les fleurs poussent partout, même sur les ruines soviétiques. Nous serons enchantés par la beauté et la diversité des fleurs sauvages qui ondulent sous le vent un peu partout sur les hauts plateaux d'Arménie.

DSC_0540 DSC_0543 DSC_0546
DSC_0646

L'hôtel Tufenkian à Avan Marak, près de Tzapatagh depuis le petit chemin qui mène au restaurant Zanazan. Au milieu de nulle part, juste à côté d'un hameau de petits paysans bienveillants auxquels l'hôtel fournit un peu d'étonnement et de ressources.

DSC_0538
DSC_0630 DSC_0633 DSC_0634
DSC_0640 DSC_0786 DSC_0639