Quelques hésitations pour trouver la bonne route vers le nord en quittant Erevan.
Il faut bien dire que la signalétique est très aléatoire, et qu'à défaut de GPS, une bonne boussole n'est pas inutile. Nous n'hésitons pas non plus à demander notre chemin aux gens, qui se font toujours un plaisir de nous répondre. Il reste à comprendre la réponse.

Première curiosité en sortant d'Erevan, la villa kitschissime
d'un riche Arménien du nom de Manoukian.
DSC_0142_1  DSC_0144_1DSC_0143_1
La 4 voies fait vite place à une simple route,
mais la ligne d'horizon s'élargit.
DSC_0145_1 DSC_0147_1 DSC_0153_1

Pour voyager en indépendant, il faut impérativement se munir d'une carte routière avec les noms des communes en arménien et en caractères romains.
Ainsi, en montrant sur la carte l'endroit où vous souhaitez aller, votre interlocuteur comprendra bien.

Après Ashtarak à une bonne vingtaine de kilomètres d'Erevan, nous montons sur les premiers hauts plateaux en direction de Spitak. Et là, la première découverte fabuleuse d'un monastère arménien magnifiquement placé au bord de gorges qui entaillent le plateau, le monastère de Saghmossavank.
C'est aussi là que nous mesurons la très grande gentillesse des habitants des villages, qui se laissent photographier avec enthousiasme et n'hésitent pas à vous accompagner à la découverte des sites, voire à vous inviter chez eux pour boire, manger, ou même dormir.

Le monastère de Saghmossavank et les gorges du Kassagh.
DSC_0176_1
DSC_0156_1 DSC_0163_1 DSC_0165_1

DSC_0171_1
Photo ? Oui, les Arméniens sont toujours partants !
DSC_0180_1

L'épicerie à Artashavan (Kilikia est une bière arménienne)
.
Les tubes gris partout présents sur les photos de villages, enjambant ou bordant
les chemins, sont en fait des tuyaux de gaz, énergie abondante et bon marché
en Arménie, utilisée aussi comme carburant.

DSC_0186_1 DSC_0185_1 DSC_0187_1
DSC_0153_1 DSC_0189_1 DSC_0193_1
DSC_0190_1
DSC_0198_1
Nous quittons le monastère et le village d'Artashavan pour reprendre le chemin de Spitak. Nous nous arrêtons en route pour acheter de quoi pique-niquer, et faisons ainsi connaissance avec les boutiques et les marchés locaux, les produits frais en vente au bord de la route un peu partout et le saucisson à l'ail russe ou le rôti de porc cuit sous vide qui rappelle le "Kassler" alsacien, et que l'on trouve facilement dans les vieux frigos des petits magasins. (Ne pas s'attarder sur l'aspect des frigos).

Très belle épicerie, mais nous ne le savons pas encore !
DSC_0202_1

DSC_0203_1
DSC_0199_1 DSC_0200_1 DSC_0201_1
Le premier pique-nique sur un haut plateau:
l'installation et le décor
DSC_0206_1 DSC_0205_1
DSC_0207_1 DSC_0208_1
DSC_0210_1 DSC_0211_1 DSC_0215_1
DSC_0216_1 DSC_0213_1 DSC_0218_1
DSC_0220_1 DSC_0219_1
Profitons d'une belle route bien entretenue
DSC_0212_1 

DSC_0213_1
DSC_0229_1

DSC_0228_1
DSC_0221_1

DSC_0196_1